Partenariat - Minitransat 2021

Le musée est partenaire de la Minitransat dont le départ de la 23ème édition se déroulera le 26 septembre 2021 aux Sables d’Olonne.

 

Minitransat 2020 © SAS Baie de Morlaix 2020 - Breschi

Epreuve en solitaire, sans assistance et sans moyens de communication modernes, la MiniTransat est définitivement une épreuve atypique dans l’univers de la course au large. Depuis sa création par Bob Salmon, en 1977, dans le but de renouer avec l’esprit aventureux des premières transatlantiques, elle a permis à plus d’un millier de marins de traverser l’Atlantique sur des bateaux de seulement 6,50 mètres.

Voilà donc ce qu’accomplissent, tous les deux ans, les concurrents de cette course unique. Unique car capable de générer de belles aventures humaines, quelques tragédies aussi, mais surtout une épopée discrète, animée par des solitaires solidaires, qui en font le plus beau mouvement collectif de la voile moderne. « Pour la majorité des concurrents, la Mini est une parenthèse improbable dans leur vie, un espace ouvert sur un rêve réalisé, une aventure à achever pour se sentir vivant et serein » ajoute Yannick Bestaven le récent vainqueur du Vendée Globe et également parrain de cette 23ème édition. Véritable école de vie, mais aussi de navigation, la Mini Transat est un joli tremplin vers une carrière océanique professionnelle. Nombreux sont ceux à qui elle a permis de faire leurs premières armes. Yannick Bestaven mais aussi Daniel Gilard, Jean-Luc Van Den Heede, Bruno et Loïck Peyron, Yves Parlier, Isabelle Autissier, Laurent et Yvan Bourgnon, Roland Jourdain, Catherine Chabaud, Lionel Lemonchois, Michel Desjoyeaux, Thierry Dubois, Ellen Mac Arthur, Thomas Coville, Tanguy de Lamotte tout comme Thomas Ruyant, Sam Davies ou encore Clarisse Crémer, pour ne citer qu’eux, font partie de ceux qui ont participé à cette course à nulle autre pareille, qui se joue avant tout contre soi-même. Une expérience à la dimension humaine unique. Un voyage au pays des folies, des blessures, des questionnements et des joies, propre aux milieux de l’extrême.

Le parcours 

Sur cette édition 2021, les 90 skippers de la Minitransat (aussi appelés Ministes) vont en découdre sur un parcours de 4 050 milles (7 500 kilomètres) ralliant Les Sables d’Olonne et Saint-François en Guadeloupe, avec une escale à Santa Cruz de La Palma, dans l’archipel des Canaries. Un tracé original, entre tactique et stratégie, truffé de pièges à déjouer.

Vidéo Teaser :

La classe mini 6,50

Les Mini 6.50, bien que minuscules avec leur 6.50 m de longueur, sont parfaits pour traverser l’Atlantique : rapides et fiables. Ils sont divisés en deux catégories de bateaux, pour deux états d’esprit différents.

Les prototypes

Véritables laboratoires pour les architectes navals
Les prototypes représentent une catégorie de bateaux bien particulière : ce sont des voiliers à la pointe de la technologie qui, pour la plupart, n’existent qu’en un seul exemplaire et qui disposent d’une jauge très libre.
Pour preuve : la seule condition à respecter est de faire 6.50 m de long. C’est donc le jouet idéal pour tester de nouvelles idées comme les étraves de type Scow qui commencent petit à petit à se répandre dans d’autres classes.
Aujourd’hui, un prototype performant est toujours en carbone, avec des dérives, des ballasts et même, désormais, des foils. En somme : une petite bête de technologie… et de course.

Les séries

Pour que le marin fasse encore plus la différence
Depuis le début des années 90, il existe une autre catégorie : celle des bateaux de série. Ces derniers répondent à une jauge plus stricte et existent en plusieurs exemplaires (au minimum dix). Pas de carbone pour la conception des coques, ni pour celle des mâts. Pas de dérives ni de ballasts non plus. L’idée est la suivante : limiter au plus possible les différences entre bateaux de série pour maîtriser les coûts et rendre le support accessible au plus grand nombre, mais aussi et surtout pour que ce soit le marin qui fasse la différence.

Aujourd’hui, il existe plusieurs sortes de bateaux de séries sur le circuit : les Nacira, les Super Calin, les Argo, les Ofcet, les Pogo 1, 2 et 3, les Dingo, les Ginto, les Maxi 6.50, les Vector 6.50, etc… Chacun ayant ses propres atouts.

Quelques mots sur le partenariat à lire sur le site de la MiniTransat Eurochef 

Pour en savoir plus sur la course rendez-vous sur le site de la Mini !