Les coulisses de l’histoire avec Jean-Yves / Dans les cachots du château…

De l’époque moderne à la Seconde Guerre mondiale, le château de Brest a servi de prison

Cachot des Tours Paradis, photographie : Jean-Yves Besselièvre

De l’époque moderne à la Seconde Guerre mondiale, le château de Brest a servi de prison. Pour des soldats punis, des prisonniers de droit commun, des prisonniers politiques (sous la Terreur), ou des Résistants avant leur déportation ou leur exécution.

 
 

Les archives municipales et communautaires de Brest conservent le registre d’écrou des prisons du château, sur lequel se faisait l’enregistrement des détenus.

Pour certaines époques, le greffier l’a agrémenté de commentaires pittoresques.

Nous connaissons ainsi le passage dans nos murs en 1791 de « la nommée Catherine Le Pape, vieille maquerelle, vieille ivrognesse, vrai tison d’enfer, laquelle trouble le repos de ses voisins ; elle retire des jeunes filles de douze ou treize ans qu’elle prostitue à quiconque veut payer leur complaisance ; elle commet elle-même les plus grandes indécences, montre son cul et les voisins sont obligés de fermer leurs fenêtres ; quantité d’entre eux ont déposé plainte contre elle, enfermée pour vingt-huit jours » ! 

 
 
 

 
 

Lors des travaux de restauration menés en 2012, une lettre laissée par un prisonnier a été retrouvée cachée entre une poutre et une pierre, dans les anciens cachots des Tours Paradis.

Elle a été écrite au début du XXe siècle par un soldat puni de 90 jours de mitard, victime selon lui de l’arbitraire de l’autorité militaire.

La particularité de cette lettre assez confuse, est d’être scandée par la formule « Si nos mères savaient ».

Ce document a été remis au Service historique de la Défense où il est désormais conservé.

 
 
 
 
 

Accès aux oubliettes, photographie : Alain Monot / Marine nationale

 

Enfin, ce panorama ne serait pas complet sans l’évocation des « oubliettes » du château. L’ancien cellier du Donjon est ainsi nommé depuis la découverte, au XIXe siècle, de deux squelettes aux os blanchis par le temps. De là à penser que deux personnes aient été jetées ici de leur vivant… À qui appartenaient ces ossements ? Tel est le point de départ de la visite théâtralisée « Les mystères de Brest » proposée avec le Théâtre de la Coche depuis 2019.

 

Les coulisses de l’histoire

Découvrez des histoires méconnues sur nos collections, nos musées ou nos thématiques
En savoir plus

Les coulisses de l’histoire avec Audrey / Chats à bord !

Appréciés à bord, les chats sont devenus amis des marins
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Audrey / La citadelle de Port-Louis pendant la 2GM

En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Valérie / l'Hôtel de Cheusses

Résidence du châtelain, siège du commandant, de l’intendant, puis du commissaire de la Marine et prison !
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Christine / Toulon la Tour royale

Zoom sur la Tour royale, qui accueillit entre 1951 et 1962 une partie des collections du musée
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Valérie / l'Hôtel de Cheusses

Résidence du châtelain, siège du commandant, de l’intendant, puis du commissaire de la Marine et prison !
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Jean-Yves / Des moutons au château de Brest

En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Anne / De l’ennemi à l’ennui

Des graffitis marins à la citadelle de Port-Louis par Anne Belaud de Saulce
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Cristina / Mufles de lion

Les quais bordant la chaîne neuve étaient ornés de quatre masques en bronze
En savoir plus